Vous êtes ici : Version française > Programme

Cours publics / Débats / Conférences / Tables rondes | Justice / Politique / Démocratie / Activisme / Migrations

Cours publics de l'École Urbaine de Lyon : La démocratie au temps du capitalocène - de l’ère de taire à l’âge de faire (séance 1)

Le 28 janvier 2019 De 16:30 à 18:00
Le 28 janvier 2019 De 16:30 à 18:00
Gratuit
Halles du Faubourg - Lyon

L’Ecole urbaine de Lyon lance, à l’occasion de cette semaine, son activité de cours publics consacrés aux questions urbaines et anthropocènes. Cette activité est conçue sur le modèle des cours du Collège de France. Il s’agira donc de proposer à des chercheurs de l’université de Lyon, de toute origine disciplinaire, de présenter à tous ceux qui souhaitent suivre ces séances (librement, sans condition de diplômes et sans évaluation finale), les résultats de leurs travaux de recherche, dans une perspective de remise au cœur de la société des savoirs scientifiques. Deux cours seront lancés en janvier et se poursuivront ensuite, d’autres suivront en septembre 2019.

Nos démocraties techniques et libérales, représentatives et délégatives, ont une responsabilité première dans les crises écologiques et leurs conséquences sociales comme spatiales, locales comme globales. Elles ont permis l’exploitation productiviste de la terre et l’urbanisation généralisée du monde. Elles font dès lors ce jour l’objet d’interrogations et contestations croissantes. Quelles sont, en réaction, les pratiques émergentes et les imaginaires instituant du politique ? Quelles voix s’expriment et quelles voies se dessinent, entre organisations hiérarchiques et puissance d’agir, quête d’autorité et besoin d’autonomie, grands centres urbains et périphéries désaffiliées ? Il s’agira ici de mettre en lumière puis en discussion les portée et cohérence à la fois conceptuelles et pratiques d’expériences démocratiques de résistance au capitalocène urbain. Prenant à ce jour des formes très diverses, elles passent toutes par le questionnement premier de ses styles et formes de vie.

Ce cours public se déroulera sur 4 séances de 1h30 :
  • Séance 1 (28 janvier 2019) : Des subjectivations néolibérales urbaines à la désaffiliation du politique : qui sont les nouveaux rebelles ?
Cette première séance souhaite expliciter la thèse défendue dans ce cours public. Celle-ci est que, par des styles, manières et formes de vie, les périphéries appelleraient à d’autres constructions démocratiques, que ni la dite démocratie participative (consultative ou délibérative) ni le citoyennisme urbain ne sauraient (in)gérer.

Pour en comprendre les enjeux, il y a nécessité de placer au cœur de la réflexion les nouveaux processus d’individuation politique et leurs politicités périphériques, chose dont les mouvements du moment tendent bien à confirmer le nécessité. C'est même à ce prix que l'on pourrait entrevoir leur caractère inédit pour nos démocraties carbonées, par delà quelques parallèles historiques (formes insurrectionnelles et désir d’autogestion, mobilisation des franges hautes des classes populaires et lexique de l’action…).

Ici, entre fin du mois difficiles et fin du monde annoncé, la subjectivation néolibérale de nos vies urbaines (au centre de nos existences), ainsi que ses soutiens d’Etat, aident à reposer la question des subjectivités dissensuelles par nos corps (séance 2), de nos rapports au vivant (séance 3) et du désir de démocratie écologique plus directe (séance 4) ? Des zadistes aux gilets jaunes, quelles voies politiques ces rebelles ouvrent-ils à l’ère du capitalocène ?

  • Séance 2 (juin 2019) : La repolitisation des corps : souci de soi, possibilité de vie, nécessité d’autonomie
  • Séance 3 (septembre 2019) : Se réinscrire dans le vivant : les formes-de-vie d’un imaginaire communaliste du politique
  • Séance 4 (janvier 2020) : Du capitalisme infrastructurel de l’urbain à l’écologisme permaculturel du post-urbain : habiter, coopérer, autogérer

Intervenant·e·s :
10 impasse des Chalets
69007 Lyon