Vous êtes ici : Version française > Programme

Cours publics | Justice / Politique / Démocratie / Activisme / Migrations, Sciences humaines et sociales, Ecologie / nature / Biodiversité / Animaux / Climat , Environnement

RUPTURES À L'ÈRE DE L'ANTHROPOCÈNE : LA PERSONNIFICATION DE LA NATURE

Le 27 janvier 2022 De 12:30 à 13:30
Gratuit sur inscription
Le Rize - 23 rue Valentin Hauy 69100 Villeurbanne
Nombre de places restantes : 124
© Tingey Injury Law Firm
© Tingey Injury Law Firm
L’ère de l’Anthropocène induit un profond renouvellement des rapports de l’homme à l'environnement et, partant, réinterroge les rapports juridiques à celui-ci. Elle impose de sortir du cadre dans lequel ces rapports étaient traditionnellement inscrits, dès lors que la distinction traditionnelle entre les personnes et les choses est bousculée par l’attribution de la personnalité juridique à des animaux ou des éléments naturels ; que le droit de propriété, égoïste par nature, se trouve confronté à la montée d’une approche plus communautariste de l’environnement, défendue comme susceptible de renforcer sa protection ; que la diversité des rapports de l’homme à l’environnement se traduit le plus souvent par des inégalités qui ne sont plus défendables dans un esprit de durabilité, mais que le droit peine à combattre, voire entretien. La nuit devient par ailleurs un objet de droit, une nouvelle préoccupation dès lors que l’on s’intéresse aux effets de la rupture des cycles naturels par son éclairage, comme le sol dont on feint de découvrir la finitude et la fragilité et qui, sortant de l’anonymat dans lequel il était juridiquement contenu, modifie les rapports à l’espace et à la biodiversité. Les services écosystémiques, enfin, essentiels et plus particulièrement l’un d’entre eux, la pollinisation, dont on découvre l’intérêt du fait de sa raréfaction et dont il faut désormais assurer la protection, pour laquelle le droit est singulièrement désarmé. Ce ne sont là que quelques-unes des ruptures que l’on peut identifier, choix arbitraire sans doute, assumé certainement, qui permettront d’illustrer le rôle et les limites du droit face à ces nouveaux enjeux. Une approche hors des sentiers battus en tout cas, une invitation à l'école buissonnière.

Avec :